Pourquoi est-il vitale de savoir gérer ses émotions ?

Les Émotions… Un sujet qui me tient réellement à cœur. Un apprentissage qui ne nous a pas été donné ou mal. Un concept si simple et pourtant source de beaucoup de souffrance… J’espère que vous prendrez plaisir à lire cet article et que vous en apprendrez un petit peu plus sur les émotions et vous-même.

 

L’homme est en constante adaptation, que ce soit dans son engagement social ou dans ses réactions face aux divers stimuli de son environnement. Cette adaptation lui est possible grâce aux émotions.

Le mot émotion vient de la racine latine emovere « mettre en mouvement » qui se caractérise à travers le déclenchement d’une réaction physiologique via des décharges électriques, hormonales et viscérales pour activer le système nerveux autonome. Grâce à ces décharges hormonales, les émotions nous permettent de mettre notre attention sur quelque chose d’important, de nous mettre en mouvement et de guider notre comportement de façon appropriée et adaptée à la situation.

 

Icon lotus sur www.thipphavanh.com - copyright Thipphavanh Deovan

AU SOMMAIRE

  1. C’est quoi une émotion ?
  2. Lorsque les émotions dysfonctionnent
  3. Comment reconnaitre une émotion ?
  4. Vivons mieux avec nos émotions
  5. Évacuer sa colère

 

Malheureusement, ce n’est que très rarement le cas. Et lorsque nous n’apportons pas la réponse appropriée au stimulus, c’est là que tout se complique…

Alors comment mieux vivre ses émotions ?

Afin de gérer au mieux ses émotions, il est primordial de les comprendre. Voyons d’abord ce qu’est une émotion.

1. C’est quoi une émotion ?

ÉMOTIONS DE VICE VERSA
Copyright humeurscreatives.com

Nous venons au monde avec cinq émotions innées : la joie, la colère, la tristesse, le dégoût et la peur. Au fil du temps, nos émotions se mélangent, deviennent plus subtiles avec des intensités variées. Mais attention, il faut bien faire la distinction entre émotion et sentiment. Aujourd’hui, nous ne faisons plus forcément cette distinction et avons tendance à tout mélanger. Pas étonnant qu’il soit devenu compliqué pour nous d’y voir clair !

De ce fait, lorsque nous parlons de la gestion émotionnelle, il est primordial de bien les distinguer.

  • Une émotion est de courte durée, instantanée comparable à un réflexe instinctif non contrôlé.
  • Un sentiment implique des valeurs morales et le jugement social. Il est le fruit de l’éducation et des expériences de vie. Le sentiment commence à apparaitre vers 10 ans (des fois plus tôt), le moment où l’on commence à se faire une représentation de soi vis-à-vis des autres. En d’autres termes, les sentiments expriment ce que l’on perçoit d’une situation et des pensées qui y sont associées.

Mais au-delà du rôle d’adaptation et de garantir notre survie au sein de notre environnement, chaque émotion a un rôle bien précis.

La colère nous indique un besoin insuffisamment comblé. Elle nous aide à mettre des limites pour ne pas se sentir agressés, abusés ou floués. Elle nous permet d’éviter de reproduire des situations qui nous dérangent. La colère est souvent liée au besoin de reconnaissance et d’affirmation de soi.

Note : pour 1 minute de colère, le système immunitaire met 1 heure à évacuer le cortisol. Donc 5 minutes de colère, 5 heures pour évacuer le cortisol… vous avez compris.

La tristesse nous indique un déficit sur le plan affectif. Elle nous aide à affronter les difficultés dans la vie, des changements difficiles et à faire le deuil de perte ou de séparation d’une personne ou d’un objet. La tristesse est liée à nos besoins et manques affectifs.

La peur nous indique la présence d’un danger. Elle nous pousse à agir et s’apparente à une alarme afin de nous préparer à la fuite ou au combat en mobilisant l’énergie nécessaire pour l’élaboration d’une solution face à la situation menaçante. La peur est liée à notre instinct de survie.

Note : il n’y a que 8% des peurs qui sont basés sur une menace concrète.

Le dégout est une réaction de « trop plein », de répulsion physique ou morale. Elle met le pointeur sur une insatisfaction considérable renfermant un jugement moral sur l’objet du dégout. Elle agit comme un mécanisme de défense qui nous permet de préserver notre identité physique et la santé de notre corps en nous éloignant de ce que nous considérons comme néfaste. Le dégout est lié à notre besoin d’éloignement physique ou moral d’un objet ou d’un relationnel toxique.       

La joie est une attitude d’ouverture et d’expansion aux autres et au monde. Elle nous aide à créer le lien social avec les autres et nous rend plus réceptif aux choses positives comme le sourire d’un enfant, l’émerveillement de la nature, … La joie génère de la légèreté et plus de dynamisme. Grâce à la joie, nous pouvons atteindre la sérénité et la plénitude.

2. Lorsque les émotions dysfonctionnent…

L’important est d’apprendre à identifier ce qui a causé le « pourquoi je réagis comme ça », de l’accepter, d’agir en conséquence.

On dit que nos émotions sont dysfonctionnelles lorsqu’elles perdurent, lorsque l’on manque de les décharger, lorsqu’on ne s’est pas adapté correctement. Voici une liste de signes nous indiquant qu’il faut se poser et regarder ce qui se passe à l’intérieur :

    • Trop fortes, d’intensité disproportionnée : dans le cas des phobies
    • Trop fréquentes
    • Accumulation, effet cocotte-minute
    • Notion de menace perçue et menace réelle 
    • Surgénéralisation, l’emploi du « toujours » ou « jamais » 
    • Absentes 
    • Non-identifiées, banalisées 
PETAGE DE PLOMB
Copyright Christophe Fauret

Selon la Médecine Traditionnelle Chinoise, les chocs émotionnels sont responsables de plus de 70% des maladies… Le concept de somatisation n’est pas inconnu de la médecine occidentale non plus. En effet, lorsque les émotions sont refoulées, le corps parle ! Il envoie des messages afin de faire en sorte que son habitant prenne les mesures nécessaires pour faire en sorte qu’il aille mieux. Et plus, la personne ne l’écoute pas, plus la maladie grandit, évolue et se transforme. En gros, le corps dit : « OK, tu vas la sortir ta colère ?? Bon si tu veux la garder, que dis-tu d’une hépatite ? Peut-être m’entendras-tu ?». Je caricature un peu mais le mécanisme est là…

3. Comment reconnaître une émotion ?

Les émotions, c’est comme les couleurs. Il y a des émotions primaires et il y a des émotions secondaires. Tel une palette de couleur, il existe des nuances, des teintes et des mélanges.

Les différentes teintes : la roue de Plutchik

Le psychologue américain Robert Plutchik a créé la roue des émotions afin d’illustrer ces nuances et les différentes intensités dans une même famille. Par exemple, la rage fait partie de la colère, une version plus intense. Il dénombre 4 émotions primaires (la colère, la joie, la peur et la tristesse) et 4 émotions secondaires (anticipation, dégout, surprise, confiance)

Il est bon de noter que personne n’est réellement d’accord sur le nombre d’émotions primaires et secondaires et que pour cette raison, il existe plusieurs catégorisations.

ROUE DES ÉMOTIONS DE Plutchik
La Roue des émotions de Plutchik

Les mélanges des émotions

Parfois, il est difficile de savoir ce que l’on ressent pour la simple et bonne raison que plusieurs émotions rentrent en jeu. Des fois, elles sont motivées par une autre émotion.

Un exemple typique : un enfant traverse la rue sans attendre sa maman et ne regarde pas s’il y a des voitures. La maman crie TRÈS TRÈS FORT. Attrape l’enfant et le gronde. Que pensez-vous de cela ?

  1. La mère est-elle en colère parce que l’enfant ne l’a pas attendue et ni écoutée ?
  2. La mère a-t-elle eu peur de la potentialité de perdre son enfant ?

Nous avons tous vécu cette situation avec notre enfant ou étant cet enfant. Combien d’entre vous a expliqué à son enfant qu’il a crié parce qu’il avait eu très peur ou qu’on lui a expliqué que son parent a eu très peur ? 

Dans cette configuration, afin de gérer les émotions qui vous aurez traversé, il est tout aussi essentiel d’évacuer sa colère que sa peur.

Les émotions se mélangent
Copyright Thipphavanh Deovan

La carte des émotions dans le corps

“Selon Plutchik, ces émotions sont le reflet de combinaisons de neurotransmetteurs, autrement d’un mécanisme purement biologique qui a évolué pour faciliter l’adaptation de l’animal et à augmenté ses chances de se reproduire. “

Les émotions, ça passent par le corps. Ce n’est pas quelque chose que l’on invente ou imagine dans sa tête.

Des chercheurs de l’Université Aalto (Finlande) ont révélé comment les émotions sont vécues dans le corps. (voir étude en anglais ici)

4. Vivons Mieux Avec Nos Émotions

En temps normal, nous ressentons environ 15 émotions positives et 15 émotions négatives par jour. La gestion du flot émotionnel est un cheminement graduel qui se présente par 4 grandes étapes principales.

  • Le Repérage, prêter attention aux indications dans le changement des signes physiologiques tel que la température corporelle, les palpitations, la transpiration, les mains moites… A savoir que le repérage permet 30% de l’évacuation de l’émotion.
  • Les Stratégies corporelles que vous pouvez mettre en place pour mieux les gérer : respiration, relaxation, cohérence cardiaque, méditation, EFT…
  • L’Hygiène de vie: tout ceci ne saurait être utile que grâce à une bonne hygiène de vie : alimentation, sommeil, activités physiques, organisation…
  • Stratégies cognitives, finalement, ne pas se laisser emporter par nos schémas et mettre notre conscience activement sur des Stratégies cognitives, comme prendre du recul sur les pensées négatives.

     

EMOTION STRESS FREE

5. Évacuer sa colère

Je vous propose quelques exercices ici pour vous aider à évacuer votre colère. C’est la plus facile à gérer et pourtant, celle que l’on n’accepte pas bien car pointée comme étant une émotion négative.

  1. Physiquement : utiliser un coussin, encore mieux une poupée de frappe. Il s’agira d’un objet spécialement dédié à cet effet. Ne jamais diriger sa colère envers un être vivant (plante, animal, être humain…) Donc faite un petit effort pour acheter un objet qui vous servira à vous défouler. Cet objet aura été créé dans ce but et allez-y franchement ! Pas besoin d’être ceinture noire de karaté pour taper.
  2. Exprimer : fermer les yeux, imaginer avoir la situation et la/les personne(s) en question en face de vous, et exprimer tout ce que vous ressentez sur votre cœur. Ne mâchez pas les mots ! Il est d’ailleurs scientifiquement prouvé que jurer est bénéfique pour vous. Ça ne veut pas dire qu’il faut passer son temps à dire des gros mots…
  3. Lettre : si votre colère est très profonde et que vous avez encore du mal à être démonstratif, l’utilisation de la lettre peut vous aider. Donc en gros, écrivez sur papier tout ce que vous ressentez, tout ce que vous souhaitez dire mais que vous ne pouvez pas en temps normal. Puis trouver un endroit propice, un petit briquet et POUF, brûlez la lettre ! De préférence un jour avec une légère brise, qui vous aidera à visualiser cette colère partir avec la fumée.

La colère, comme toute autre émotion non exprimée peut devenir un vrai poison. J’ai créé des hépatites non répertoriées car je n’avais jamais osé exprimer ma colère. Mon médecin peut en témoigner ! Mais tout ça, c’est de l’histoire ancienne grâce à ma poupée et mon affirmation 🙂

Pour finir...

Aller contre son émotion ne la diminuera pas, bien au contraire, elle ressortira plus forte. Il ne faut pas la refouler mais plutôt apprendre à la reconnaitre, l’accepter et l’exprimer de façon adaptée. Lorsque l’on n’arrive pas à conscientiser une émotion, le corps nous parle et somatise pour nous faire comprendre que l’on doit passer à l’action. Beaucoup de troubles et de maladies sont dues à la non-reconnaissance (écoute) et à la non-gestion de ses émotions. Une corrélation entre un choc émotionnel non évacué et le cancer ont été récemment mis en lumière.

Autorisez-vous à ressentir ce qui se passe dans votre corps, sans que votre mental vienne mettre son grain de sel et le jugement qui va avec. Si vous ressentez ce que vous ressentez, c’est OK ! Une fois évacuée, vous y verrez plus clair. Ce n’est pas tant l’émotion qui est légitime ou pas, car l’émotion est toujours 100% légitime. C’est le comportement qui est associé sur lequel il sera éventuellement nécessaire de travailler.

Accueillir son émotion, c’est ne pas juger son émotion et être bienveillant avec soi-même.

Et vous ? Avez-vous somatisé vos émotions ? N’hésitez pas à partager votre expérience et vos solutions !

Le mot de votre coach

Conseil : si vous ne l’avez pas encore fait, regardez Vice-Versa (disney). Un vrai chef d’œuvre de psychologie, créé avec la participation d’une équipe de psychologues. Je pense l’avoir regardé plus de 50 fois et j’arrive toujours à être émerveillée par les enseignements. 

Finalement, si vous voulez aller plus loin et apprendre à mieux gérer vos émotions dans votre vie quotidienne, n’hésitez pas à consulter l’atelier EFT par ici sur Valbonne, Biot, Opio, Mouans Sartoux. L’EFT est un outil extraordinaire que j’utilise dans la vie de tous les jours, aussi bien pour moi que pour ma famille.

Image du Yin Yang pour illustrer le MOT DU COACH sur www.thipphavanh.com

Vous avez aimé l'article ? N'hésitez pas à partager !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Leave a Reply